Chargement Évènements

À qui veut bien l’entendre compétition

Jérôme Florenville / France / 2021 / 1h30 / Documentaire

Avec Arnaud Rivière, Joachim Montessuis, Sajira Chrs Galarreta, Alessandra Zerbinati, VOMIR, Deeat Palace, Mariachi … et Andy Bolus, notre invité

À qui veut bien l’entendre met en scène les acteurs de l’improbable milieu du Noise et des musiques bruitistes ou extrêmes. Ces artistes ont fait le choix de la transgression dans une démarche jusqu’au-boutiste sous des formes pour le moins diverses. À partir de la voix, d’objets usuels détournés ou d’instruments de leur fabrication, ils développent leur propre langage et bousculent sans ménagement l’auditeur, le plongeant dans des univers sonores aux topographies inconnues. Réunis en huit clos pour les besoins du film, ces neuf turbulents artistes français, européens et sud-américains confrontent et interrogent leurs pratiques. L’occasion pour chacun de nous faire partager une performance inédite…

Jérôme Florenville

À travers de nombreuses expériences de tournages, comme technicien et réalisateur, Jérôme Florenville a cultivé un goût pour regarder ailleurs autrement. Aborder les cultures ou mode de vie à la marge de la société lui est, non seulement familier, mais est aussi un moteur. Depuis plus de trente ans, il participe en tant que technicien du son à de nombreux concerts de musiques expérimentales. En 1998, il crée son propre micro label, Shambala Records. Cette éphémère expérience de production de musique hors normes aura néanmoins permis la sortie d’une dizaine d’albums d’artistes européens et japonais, notamment le duo Keiji Haino et Jean-François Pauvros. De 1993 à 2016, il co-réalise et co-anime Epsilonia sur Radio Libertaire, émission dédiée à la découverte et à la défense des musiques expérimentales, improvisées et bruitistes. L’univers de la création et des artistes l’ont toujours passionné et c’est tout naturellement qu’en 2006 son premier film est consacré à l’un d’entre eux, Damo Suzuki, le chant de l’imprévu. Depuis, son regard s’est porté sur le cinéma pakistanais (Final cut au Pakistan, 2010), le phénomène des monnaies locales (Devises citoyennes, 2015 ; A portée de mains, 2019), en passant par l’émancipation des femmes mahoraises à travers le sport (Chatouilleuses d’obstacles, 2017). À qui veut bien l’entendre est son sixième documentaire.